Balade moto dans les Alpes ! Bonheur, Soleil et neige…

Par Jérome Bouiller, CDLR et Relais Amitié de Chappes (63).

Cela fait maintenant 5 ans que nous partons tous les 4 pour notre petite virée annuelle : Éric et Murielle, Corinne et moi Jérôme. Cette année départ pour le week-end de l’Ascension début mai, c’est à nos amis Éric et Murielle d’organiser notre périple de 4 jours.
Comme nous avons déjà visité pas mal de régions, et après concertation on décide de partir dans les Alpes (Savoie et Haute-Savoie). Éric qui a déjà traversé cette région en vélo (engin à deux roues avec un moteur bizarre) nous propose un super parcours.

Balade moto dans les Alpes ! Bonheur, Soleil et neige…

Côté équipages

Éric sur Honda 500 CB,
Murielle sur son Suzuki Gladius,
Corinne sur Harley 1200 Sportster,
et moi sur mon Harley 1690 Breakout.

 

La date du départ approchait à grand pas et la météo faisait toujours des caprices sur la France. Corinne, un peu inquiète, se demandait si nous avions bien choisi notre destination, mi-avril il neigeait encore dans les Alpes, j’essayais de la rassurer mais sans grande conviction.
Nous avions choisi les Alpes et bien nous irons dans les Alpes !
Par contre avant de partir nous avons passé en revue tous nos vêtements chauds, la prudence était de mise.

Le jour J, rendez-vous à la maison à Chappes (Puy-de-Dôme, 63) pour le traditionnel café de départ (Murielle n’avait pas oublié les croissants).
Éric nous fait un dernier briefing avant d’enjamber nos bécanes. Nous ne sommes (comme d’habitude) pas en avance pour le décollage, qu’importe nous ne sommes pas là pour faire une course contre la montre mais pour prendre du bon temps et découvrir une nouvelle région.
La chance va-t-elle nous sourire ? Météo France annonce un super week-end, le premier depuis des semaines, on y croit dur comme fer, c’est rare qu’ils se trompent…

 

1er jour Chappes / Annecy 400 km

Pour cette fois je décide de fermer la marche, car aux dires de mes acolytes je me trompe souvent de route… Ouais peut-être mais au moins on découvre des endroits où on ne serait jamais passés ! Première halte en milieu de matinée dans un petit troqué, au Donjon petite commune située à l’est du Bourbonnais dans l’Allier. Café pour nous et pisse-mémé pour Murielle afin de se réchauffer un peu.
Direction la fameuse RCEA qui fait la une des journaux et des médias par sa dangerosité, on n’est pas trop fiers mais on n’a pas beaucoup de kilomètres à faire dessus.

 

Le saviez-vous ?
La RCEA, Route Centre-Europe Atlantique, est un itinéraire traversant la France d'est en ouest, reliant l'Europe centrale à la façade Atlantique.
Créée dans les années 1960, le but est de faire de cette route, reliant Genève en Suisse à l'océan Atlantique, une route européenne. Elle présente 2 avantages : être gratuite et rester au-dessous des 400 m d'altitude. L'immense succès de l'itinéraire amène un trafic beaucoup plus important que les estimations de départ. Certaines portions de ces routes sont réputées pour être 2 fois plus accidentogènes qu'une route de même type.

Voila c’est fait, maintenant pause déjeuner (non programmée) à Bourg-en-Bresse (Ain, 01), on ne traîne pas car il reste de la route mais prend quand même le temps de boire l’apéro (avec modération). Après une grosse heure d’arrêt, nous voilà repartis.

Annecy, le pied des Alpes
Nous voici en Haute-Savoie (74). Un petit tour sur une des plages du lac pour se dégourdir un peu car nous commençons à ressentir un peu la fatigue avec ces premières chaleurs. Première journée de soleil depuis des jours et les plages sont bondées de monde, après une petite pause, direction le centre historique que nous voulons faire découvrir à Éric et Murielle, comme sur les plages les rues sont noires de monde, mais que c’est beau !

Après cette courte visite, on remonte sur nos engins via La Clusaz où nous sommes attendus par Dominique, une amie d’Éric et Murielle. Débute alors une autre vision de notre parcours : les montagnes (enfin).

La Clusaz
19 h, La Clusaz nous voilà ! Murielle avait réservé le restaurant La Ferme avec la complicité de Dominique qui nous héberge. C’est une adresse à ne pas manquer : décors, service typique de l’hospitalité montagnarde, on a vraiment passé un moment formidable.

2e jour  Annecy / Sallanches

Le matin avant de partir, nous changeons un peu notre itinéraire afin de profiter de tout ce paysage féerique que nous avons sous les yeux. Direction le lac des Confins, ensuite un petit arrêt au col des Aravis où se mélangent soleil, neige, moto, du pur bonheur pour nous quatre qui n'avions jamais vu de tels paysages (nos téléphones on plus servi à faire des photos que pour une utilisation normale).

Aujourd’hui c’est un jour spécial : au saut du lit nous avons un quinquagénaire dans la bande ! Eh oui, Éric a 50 ans (aïe, aïe, aïe, ça doit faire mal), Murielle lui a offert une montée à l’Aiguille du Midi, donc escale à Chamonix. Nous montons tous les quatre à 3 800 m d’altitude avec un peu d’appréhension, mais que dire du spectacle que nous avons sous les yeux… Simplement formidable (du coup c’était un peu l’anniversaire de tout le monde).

Retour sur Sallanches pour retrouver notre chambre d’hôtes. Après une bonne douche nous voilà partis au Poélon, petit restaurant où nous allons fêter les 50 ans d’Éric. Murielle avait prévenu le cuisinier et Éric a eu la surprise de pouvoir souffler ses bougies.

.

3e jour Sallanches / Charancieu

Nous prenons la route « des grandes Alpes » direction le col des Saisie. Il a neigé le week-end précédent mais les routes sont super agréables, le spectacle qui se déroule sous nos yeux nous conforte dans le choix de notre destination.

Après une série de photos et quelques lacets difficiles à maîtriser avec mon Breakout (Corinne quant à elle se débrouille très très bien), cap sur Beaufort (Savoie, 73).

Beaufort, arrêt pour les gourmands
Visite de la fabrique de fromages. On apprend que le Beaufort est fabriqué uniquement dans la partie haute montagne de la Savoie : le Beaufortain, la Maurienne, la Tarentaise et une partie du Val d'Arly. Le lait provient exclusivement de vaches de races Tarine et Abondance. C'est pas tout ça, mais nous on veut la dégustation. Avec Éric on diminue le stock de la fabrique de 2 kg !

Ensuite, petit souci de navigation car Le cornet de Roselend est fermé, nous changeons notre itinéraire, direction le lac du Bourget pour manger à midi.

Aix-les-Bains
Petite visite du centre ville très animé déjà en cette saison. En plus nous tombons sur le casino et là impossible de retenir Corinne qui nous entraîne à l’intérieur, nous ressortirons quelques minutes plus tard soulagés d’une dizaine d’euros chacun. Retour dans notre chambre d’hôtes.

Charancieu
Si durant tout le week-end Éric nous a guidés sans grand détour, là nous faisons quelques kilomètres de plus, mais comme je dis souvent : nous avons le temps de visiter, nous arriverons bien à bon port. Arrivés dans l'Isère (38) vers 19 h Chez Alain et Florentine. Nous avons passé une soirée vraiment formidable en leur compagnie, nous vous les recommandons.

4e jour  Charancieu / Chappes 337 km

Le retour le dernier jour est toujours plus rapide, nous décidons quand même de faire une halte à l’Auberge de Conol pour manger à midi, située entre Montbrison et Saint-Anthème dans les monts du Forez. Nous avons bien failli ne jamais arriver à bon port tous ensemble, nous avons perdu Corinne du côté de Saint-Étienne. Par chance on réussit à se retrouver avant de manger, vive les intercom !

Auberge de Conol, adresse à ne pas louper si vous passez dans le coin (attention réserver la veille), nous avons dégusté sa fondu de Fourme d’Ambert et sa charcuterie, difficile après cela de reprendre la route.

La fin du trajet se fait avec quelques gouttes de pluie. Nous avons eu une chance inouïe car le lendemain la pluie était de retour sur toute la France.

 

Côté budget
• Chambre d’hôtes entre 50 € et 60 € par couple
• Bouffe pour les 4 jours environ 300 € par couple (attention le soir tout et permis)
• Montée à l'Aiguille du midi 120 € par couple + visite des villages traversés donc pas de budget 
• Essence environ 70 € par bécane

 

L’année prochaine à nous l’organisation avec Corinne, peut-être dans coin un peu plus chaud, mais le spectacle de cette année était simplement sublime.

BALADE publiée dans LE JOURNAL DES MOTARDS n°115

 

signature cendrillon


Voir les photos en cliquant sur l'onglet